Mairie de ParisUne nouvelle délégation, mes premières impressions


Une nouvelle délégation, mes premières impressions

Le Maire de Paris a souhaité me confier la délégation de la propreté et du traitement des déchets, je prends ainsi la suite de mon ami François Dagnaud brillamment élu Maire du 19ème arrondissement.

Le contraste est fort par rapport à ma précédente délégation, Qualité de service public, accueil des usagers : la mise en œuvre de la labellisation des sites accueillant du public, les Etats Généraux des Nuits de Paris, les PIMMS, les politiques temporelles de la ville … Autant de projets transversaux, de réflexion et de prospective à court, moyen et long terme mis en œuvre en mode « projet » avec une équipe réduite car en lien avec toutes les autres délégations.

La Propreté de Paris, ce sont des milliers d’agents municipaux, environ un demi-milliard d’euros de budget, des centaines d’engins…

La propreté à Paris, c’est 1600 km de voies et 2 900 km de trottoirs à nettoyer quotidiennement, c’est 1,172 millions de tonnes de déchets à collecter, 40 000 tonnes de feuilles, 315 tonnes de mégots à ramasser…

La Direction de la Propreté est LA direction ouvrière de la Ville de Paris. Au fil de mes visites matinales dans les ateliers, je découvre le professionnalisme et la conscience aigüe du service public des agents, leurs astuces pour se faciliter la tâche mais aussi les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent et qu’ils me soumettent. A noter les efforts de féminisation qui commencent à porter leurs fruits, pas autant qu’on le souhaiterait, mais cela nécessite des aménagements de locaux pour faire des vestiaires et des douches séparées !

La Direction de la Propreté c’est aussi une politique industrielle à travers la gestion des garages, du parc d’engins. Car tous ces équipements doivent être achetés, garés, entretenus … notamment les 248 bennes et les 382 laveuses et aspiratrices municipales !

La politique de copilotage de la propreté mise en place à Paris en lien étroit avec les élus d’arrondissement permet la nécessaire proximité avec les citoyens pour ajuster au mieux les moyens en fonction des besoins. Par exemple dans le domaine de la récupération des 100 000 tonnes d’Encombrants !

Enfin, c’est une direction de prospective dans le domaine du développement durable en ce qui concerne le tri et la réduction des déchets. Et oui, car une fois ramassés il faut bien s’en occuper de ces déchets que nous produisons à foison. Premier objectif, en réduire la masse. Pour cela un Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD) a été mis en place pour réduire les déchets produits de 31kg par an et par habitant en 5 ans. Cela représente une baisse de 7%. C’est un effort continu, 1 million de tonnes d’ordures ménagères étaient produites par an en 2001, nous en sommes à 833.000 aujourd’hui.

Ensuite il faut encourager au tri pour mieux recycler. Et ne pas hésiter à aller dans les 7 ressourceries parisiennes qui trient et réemploient les objets que nous croyons, naïvement, inutilisables.

L’originalité du service public parisien de la propreté réside aussi rappelons-le dans la gratuité, du ramassage des encombrants, du dégraffitage par exemple, mais ce n’est pas parce que c’est gratuit que cela n’a pas un coût ! Mais nous en reparlerons …

Crédit photo : Ludovic Piron Palliser